CHAPITRE 12 : La voie d’un pèlerin


UNE FOIS, ON M’A DEMANDÉ : « Que font les pèlerins de paix ? » Un pèlerin de paix prie et travaille pour la paix, intérieure et extérieure. Un pèlerin de paix accepte la voie de l’amour comme la voie de la paix. C’est pourquoi s’écarter de la voie de l’amour est s’écarter de la voie d’un pèlerin de paix. Un pèlerin de paix obéit aux lois de Dieu et, dans le silence réceptif, il demande à Dieu de guider sa vie. Un pèlerin de paix affronte la vie sans détour, règle ses problèmes et creuse sous la surface pour découvrir ses vérités et ses réalités. Un pèlerin de paix ne recherche pas la multiplicité des choses matérielles, mais une simplification du bien-être matériel, en ayant comme but ultime le niveau des besoins essentiels. Un pèlerin de paix purifie son temple corporel, ses pensées, ses désirs, ses motivations. Un pèlerin de paix abandonne aussi rapidement que possible sa volonté personnelle, son sentiment de séparation, tous ses attachements et toutes ses émotions négatives.

Traditionnellement, un pèlerin marche grâce à la foi, sans aucun moyen de subsistance physique. Je marche jusqu’à ce qu’on m’offre un gîte. Je jeûne jusqu’à ce qu’on m’offre de la nourriture. Gîte et nourriture doivent m’être offerts, car je ne les demande jamais. Mais ils sont offerts!

Je transmets tout ce qui m’est donné. Vous devez donner si vous voulez recevoir. Laissez le centre de votre être donner, donner, donner. Vous ne pouvez pas trop donner et vous découvrirez que vous ne pouvez pas donner sans recevoir. Ce mode de vie n’est pas réservé aux saints, mais il est disponible aux gens ordinaires comme vous et moi, si nous étendons notre don à tout le monde.

En tant que pèlerin, c’est ma mission d’agir en messager exprimant des vérités spirituelles. C’est une tâche que j’accepte avec joie et je ne désire rien en retour : ni les louanges, ni la gloire, ni le scintillement de l’argent ou de l’or. Je me réjouis simplement d’être capable de suivre les chuchotements d’une Volonté Supérieure.

J’ai beaucoup à offrir : je m’occupe principalement de vivre selon les lois de Dieu. J’offre aux autres l’approche mystique de Dieu, le royaume de la paix intérieure. C’est gratuit, il n’y a pas de frais.

* * *

Quand j’ai atteint la paix intérieure, il y a eu un moment où je suis morte, complètement morte à moi-même. J’ai renoncé depuis à mon ancienne identité. Je ne vois aucune raison de m’étendre sur mon passé. Il est mort et ne doit pas être ressuscité. Ne vous informez pas sur moi, mais sur mon message. Ce n’est pas important de vous souvenir du messager, souvenez-vous seulement du message.

* * *

Qui suis-je ? Cela importe peu que vous sachiez qui je suis. Cela a peu d’importance. Ce vêtement d’argile est celui d’un pèlerin sans le sou voyageant au nom de la paix. C’est ce que vous ne pouvez pas voir qui est tellement important. Je suis celle qui est propulsée par le pouvoir de la foi. Je baigne dans la lumière de la sagesse éternelle. Je suis soutenue par l’énergie inépuisable de l’univers. C’est ce que je suis vraiment !

* * *

J’ai toujours un sentiment de respect et d’émerveillement pour ce que Dieu peut accomplir en m’utilisant comme instrument. Je crois que n’importe qui s’étant complètement abandonné à la volonté de Dieu pourra être utilisé glorieusement et connaître réellement certaines choses. Et il sera probablement appelé un moralisateur. Vous êtes appelé un moralisateur si vous êtes suffisamment centré sur vous-même pour vous imaginer que vous savez tout. Mais vous pouvez aussi être appelé un moralisateur par les gens immatures, si vous êtes suffisamment centré sur Dieu pour connaître vraiment certaines choses.

* * *

Mon désir est de progresser vers la perfection, d’être autant que possible en harmonie avec la volonté de Dieu, de vivre selon la plus haute lumière que j’ai. Je ne suis pas encore parfaite, bien sûr, mais je grandis quotidiennement. Si j’étais parfaite, je saurais tout et serais capable de tout faire. Je serais comme Dieu. Cependant, je suis capable de faire tout ce que je suis appelée à faire. Je sais ce que je dois savoir pour jouer mon rôle dans le plan divin et j’expérimente le bonheur de vivre en harmonie avec la volonté de Dieu à mon égard.

* * *

Aucun éloge que je reçois ne me change, car je le transmets immédiatement à Dieu. Je marche parce que Dieu me donne la force de marcher. Je vis parce que Dieu me donne de quoi vivre. Je parle parce que Dieu me donne les mots à dire. Tout ce que j’ai fait a été de soumettre ma volonté à celle de Dieu. Ma vie entière m’a préparée pour cette entreprise. C’est mon appel intérieur. C’est ma vocation. C’est ce que je dois faire. Rien d’autre ne me rendrait heureuse.

* * *

Quand j’ai commencé mon pèlerinage, j’ai quitté la région de Los Angeles sans un sou, avec la foi que Dieu me fournirait tout ce dont j’aurais besoin. Même si je n’ai jamais rien demandé, Dieu m’a tout fourni le long du chemin. Sans jamais demander quoi que ce soit, j’ai été approvisionnée.

J’ai la foi que Dieu prendra soin de moi et Dieu pourvoit à mes besoins. Je n’éprouve aucun sentiment d’insécurité de ne pas savoir où je vais dormir la nuit venue, ni où et quand je mangerai la prochaine fois. Quand vous avez la sécurité spirituelle, vous ne ressentez plus le besoin de sécurité matérielle. Je ne connais personne qui ne se sente plus en sécurité que moi. Naturellement, les gens pensent que je suis la plus pauvre des pauvres. Mais moi je sais que je suis la plus riche des riches. J’ai la santé, le bonheur, la paix intérieure. Des choses que vous ne pouvez pas acheter même si vous étiez milliardaire.

* * *

Je fais mon travail joyeusement et sans effort. Je sens la beauté tout autour de moi et je vois la beauté dans chaque personne que je rencontre, car je vois Dieu en tout. Je reconnais ma part dans le Plan de la Vie et je trouve l’harmonie en la vivant joyeusement et avec plaisir. Je perçois mon unité avec toute l’humanité et mon unité avec Dieu. Mon bonheur déborde en aimant et en donnant à chacun et dans toute situation.

Pour la lumière, je vais directement à la Source de lumière, plutôt que vers ses reflets. De plus, en vivant selon la plus haute lumière que j’ai, je peux recevoir encore plus de lumière. Vous ne pouvez pas vous tromper sur l’origine de la lumière venant de la Source, car elle vient avec une compréhension si complète que vous pouvez l’expliquer et en discuter. Je recommande ce chemin à tous ceux qui peuvent le prendre. De grandes bénédictions attendent ceux qui sont assez sages pour mettre en pratique la plus haute lumière qui leur parvient.

* * *

Ce qui est reçu de l’extérieur peut être comparé au savoir. Il conduit à la croyance, ce qui est rarement assez fort pour inciter à l’action. Ce qui est confirmé de l’intérieur, après le contact avec l’extérieur, ou ce qui est perçu directement de l’intérieur (ce qui est ma voie) peut être comparé à la sagesse. Cela mène à une connaissance et l’action l’accompagne.

* * *

Dans mes rencontres avec les gens, je ne critique pas, ni ne fais de décrets, ni ne détermine de plan d’action. Le travail qui m’est assigné est de réveiller la nature divine à l’intérieur de chacun. C’est ma vocation d’ouvrir les portes de la vérité et de faire réfléchir les gens, de les réveiller de leur état apathique et léthargique, de les amener à rechercher pour eux-mêmes la paix intérieure qui réside en eux. C’est l’étendue de mon entreprise, je ne peux faire plus. Le reste, je le laisse à une Puissance Supérieure.

* * *

La foi est une croyance en ce que vos sens n’ont pas perçu et que votre entendement ne peut pas comprendre, mais que vous avez touché d’une autre manière et accepté. Il est facile de parler de foi, mais c’est une autre chose de la vivre. Pour moi, la foi signifie que les gens peuvent, par leur propre libre-arbitre, atteindre et contacter Dieu. Et la grâce signifie que Dieu cherche toujours à atteindre les gens. Pour moi, il est très important que je demeure en contact constant avec Dieu, ou le but divin.

Les gens ont eu à compenser leur appauvrissement spirituel en accumulant des biens matériels. Quand on reçoit des bénédictions spirituelles, les choses matérielles apparaissent sans importance. Mais les bénédictions spirituelles ne surviennent pas avant que nous ne les désirions et que nous abandonnions notre désir des choses matérielles. Aussi longtemps que nous désirons des choses matérielles, c’est tout ce que nous recevons, et nous demeurons spirituellement appauvris.

* * *

Ceux qui ont abandonné leur volonté personnelle et sont devenus des instruments au service de Dieu peuvent accomplir des tâches apparemment impossibles. Mais ils n’éprouvent aucun sentiment d’accomplissement personnel. Je sais maintenant que je suis une partie du cosmos infini, non séparée des autres âmes ou de Dieu. Mon moi illusoire est mort. Le vrai Moi contrôle le vêtement d’argile et l’utilise pour le travail de Dieu.

Quand j’ai commencé mon pèlerinage, mes cheveux commençaient à grisonner. Mes amis croyaient que j’étais devenue folle. Il n’y eut aucun mot d’encouragement de leur part. Ils pensaient qu’en marchant autant, je me tuerais sûrement. Mais cela ne m’a pas dérangé. Je suis simplement allée de l’avant et j’ai fait ce que j’avais à faire. Ils ne savaient pas qu’avec la paix intérieure, je me sentais branchée sur la source d’énergie universelle qui ne s’épuise jamais. Il y eut beaucoup de pression pour modifier mes croyances, mais je ne pouvais pas être dissuadée. Avec affection, j’ai informé mes amis bien intentionnés de l’existence de deux chemins très divergents dans la vie et de la liberté intérieure de chacun de faire son choix.

Il y a un chemin très fréquenté, qui plaît aux sens et procure des plaisirs terrestres, mais qui ne mène nulle part. Et il y a le chemin moins parcouru, qui exige des purifications et des renoncements, mais qui résulte en bénédictions spirituelles indescriptibles.

* * *

Il y a une étincelle de bien en chacun, peu importe à quelle profondeur elle est enfouie. C’est le vrai Moi. Devinez à quoi je pense vraiment quand je dis le « Moi ». Au vêtement d’argile, le corps ? Non, ce n’est pas le vrai Moi. À la nature centrée sur soi ? Non, ce n’est pas votre vrai Moi. Le vrai Moi est l’étincelle divine. Certains l’appellent « la nature centrée sur Dieu », d’autres « la nature divine ou le royaume de Dieu à l’intérieur ». Les hindous la connaissent comme étant le « nirvana ». Les bouddhistes y réfèrent comme «l’âme éveillée ». Les quakers la voient comme la « Lumière Intérieure ». En d’autres lieux on l’appelle « le Christ en vous, la Conscience du Christ, l’espoir de gloire ou l’esprit qui habite à l’intérieur ». Même certains psychologues ont un nom pour cela : le «supra-conscient ». Mais tous ces termes correspondent à la même chose habillée de mots différents. L’important à retenir est qu’elle habite en vous!

* * *

Le nom que vous lui donnez n’est pas important, mais votre conscience doit s’élever au point où vous voyez l’univers à partir de votre nature centrée sur Dieu. Le sentiment accompagnant cette expérience est celui d’une complète unité avec le Tout Universel. On fusionne dans une euphorie d’unité absolue avec toute la vie ; avec l’humanité, avec toutes les créatures de la terre, les arbres et les plantes, l’air, l’eau et même la terre elle-même. Cette nature centrée sur Dieu attend constamment de diriger votre vie glorieusement. Vous avez le libre choix de la laisser diriger votre vie ou de ne pas lui permettre de vous affecter. Ce choix est toujours le vôtre !

De toutes vos lectures et vos rencontres, prenez ce qui est bon et laissez le reste. Pour être guidé et connaître la vérité, il est beaucoup mieux de vous tourner vers la Source, votre propre enseignant intérieur, que vers des gens ou des livres. Ce n’est que lorsque quelque chose en vous dit : « c’est la vérité, c’est pour moi », que cela devient une partie de votre expérience. Après avoir lu tous ces livres et entendu toutes ces conférences, vous devrez quand même juger ce qui est pour vous. Les livres et les gens ne peuvent que vous inspirer. À moins qu’ils n’éveillent quelque chose en vous, rien de valable n’a été accompli. Mais si vous tenez à lire des livres, lisez-en beaucoup, pour qu’ainsi vous soyez en contact avec autant d’opinions contraires que possible. De cette manière, vous devrez tout de même vous faire une opinion.

Pensez à toutes les bonnes choses de votre vie. Ne pensez jamais à vos difficultés. Oubliez-vous vous-même et concentrez-vous à servir autant que vous le pouvez dans ce monde. Alors, ayant perdu votre moi moins élevé dans une cause plus grande que vous-même, vous trouverez votre Moi plus élevé : votre vrai Moi.

Ce dont je parle n’est pas une entreprise facile, mais je peux vous assurer que la fin de votre voyage spirituel vaudra bien le prix payé. Il y aura bien des collines et des vallées. La lutte est comme une escalade, avec chaque sommet de colline un peu plus haut que le précédent.

* * *

Certains m’ont demandé si j’acceptais des « disciples ». Non, évidemment. Ce n’est pas sain de suivre un autre être humain. Chaque personne doit trouver sa maturité. Le processus prend du temps et la période de croissance varie selon chaque individu.

Pourquoi vous tournez-vous vers moi ? Tournez-vous vers votre propre Moi. Pourquoi m’écoutez-vous ? Écoutez votre propre Moi. Pourquoi croyez-vous en ce que je dis ? Ne croyez ni en moi, ni en aucun autre enseignant. Faites plutôt confiance à votre propre voix intérieure. Elle est votre guide. Elle est votre professeur. Votre maître est à l’intérieur, pas à l’extérieur. C’est vous que vous devez connaître, pas moi !

Marchez avec moi, mais ne me suivez pas aveuglément. Agrippez-vous à la vérité, pas à mes vêtements. Mon corps n’est qu’un morceau d’argile. Maintenant il est ici, demain il aura disparu. Si vous vous attachez à moi aujourd’hui, que ferez-vous demain quand je ne serai plus avec vous? Attachez-vous à Dieu, attachez-vous à l’humanité. Alors seulement, vous vous rapprocherez de moi.

* * *

La voie du chercheur est remplie d’obstacles et de tentations. Le chercheur y avance seul avec Dieu. Je recommande de garder vos pieds sur terre et vos pensées élevées afin de n’attirer que le bien. Concentrez-vous à donner, pour vous ouvrir à recevoir. Concentrez-vous à vivre selon la lumière que vous avez pour vous ouvrir à plus de lumière. Obtenez autant de lumière que possible par la voie intérieure. Si une telle réception paraît difficile, cherchez l’inspiration d’une belle fleur, d’un paysage magnifique, d’une belle musique ou de nobles paroles. Cependant, ce qui est contacté de l’extérieur doit être confirmé intérieurement avant qu’il ne soit vôtre.

* * *

Rappelez-vous que quelqu’un qui commet un acte indigne est en réalité psychologiquement malade. Cette personne doit être vue avec autant de compassion que celle qui est physiquement malade. Souvenez-vous que personne ne peut vous blesser, excepté vous-même. Si quelqu’un vous blesse, cette personne s’est blessée elle-même. Vous n’êtes pas vraiment blessé à moins que vous ne deveniez amer, ne vous mettiez en colère ou ne fassiez du mal à votre tour.

* * *

Je me considère comme un serviteur travaillant sur la cause des difficultés : notre immaturité. Il n’y a cependant qu’une minorité de gens désirant travailler sur la cause. Pour chaque personne travaillant sur la cause, il y en a des milliers qui travaillent sur les symptômes. Je bénis tous ceux qui travaillent à l’autre niveau pour enlever les symptômes, mais je continue de travailler surtout au niveau de l’intérieur, pour faire disparaître la cause.

* * *

C’est parce que la majorité des gens n’ont pas trouvé leur but et leur fonction qu’ils expérimentent la douloureuse disharmonie intérieure. Ainsi, le corps de l’humanité se dirige vers le chaos. Si la plupart d’entre nous n’allons pas assez loin, c’est bien davantage par omission que par action. « Tandis que le monde périt, nous allons notre chemin sans but et sans passion, jour après jour. »

* * *

Dans mon travail, j’ai choisi l’approche positive. Je ne me vois jamais protestant contre quelque chose, mais plutôt témoignant pour une vie harmonieuse. Ceux qui témoignent pour, présentent des solutions. Ceux qui témoignent contre, n’en présentent habituellement pas. Ils se concentrent sur ce qu’ils n’aiment pas, recourant au jugement, à la critique et parfois même à l’injure. Naturellement, cette approche négative a un effet néfaste sur la personne qui l’utilise, tandis que l’approche positive a un bon effet. Quand le mal est attaqué, il se mobilise. Alors qu’il était peut-être faible et désorganisé auparavant, l’attaque lui donne de la crédibilité et de la force. Si au lieu de l’attaquer, on le soumet à de bonnes influences, non seulement le mal tend à disparaître, mais son auteur tend à être transformé. L’approche positive inspire ; l’approche négative irrite. Quand vous suscitez la colère chez les gens, ils agissent selon leurs instincts de base, souvent violemment et irrationnellement. Quand vous inspirez les gens, ils agissent en accord avec leurs instincts plus élevés, d’une manière sensée et rationnelle. De plus, la colère est temporaire, tandis que l’inspiration a parfois des effets qui durent toute une vie.

* * *

Il y a un critère vous permettant de déterminer si les pensées que vous avez et les choses que vous faites sont bonnes pour vous. Le critère est : « Vous ont-elles apporté la paix intérieure ? » Si elles ne l’ont pas fait, il y a quelque chose d’erroné en elles. Continuez à chercher ! Si ce que vous faites vous apporte la paix intérieure, demeurez avec ce que vous croyez bien.

* * *

Quand vous trouvez la paix à l’intérieur de vous, vous devenez le genre de personne qui peut vivre en paix avec les autres. La paix intérieure ne se trouve pas en restant à la surface de la vie ou en essayant de fuir la vie par n’importe quel moyen. La paix intérieure se trouve en faisant résolument face à la vie, en solutionnant ses problèmes et en creusant aussi profondément que possible sous sa surface pour découvrir ses vérités et ses réalités. La paix intérieure vient avec l’obéissance stricte aux lois déjà très connues de la conduite humaine, comme la loi du moyen qui détermine la fin : seul un bon moyen peut produire un bon résultat. La paix intérieure vient par l’abandon de sa volonté propre, des attachements, des émotions et pensées négatives. La paix intérieure vient par le travail pour le bien de tous. Nous tous dans le monde entier, sommes les cellules du corps de l’humanité. Chacun a une contribution à faire qu'il découvrira de l’intérieur. Mais personne ne peut atteindre la paix intérieure à moins de travailler, non pas d’une façon centrée sur soi, mais pour toute la famille humaine.

Chapitre précédent
Annexes
Retour à la Table des matières